2019 02 28 annie fe olde

à découvrir !

Par danieldorn | Le 28/02/2019 | Restauration

Source ATABULA 2019-02-28

Fille d’une hôtelière travaillant au Négresco tandis que son père était employé par le Casino Municipal de Nice, Annie Féolde n’était pas intéressée par la cuisine lorsqu’à 20 ans, elle est devenue fonctionnaire à La Poste.

Rapidement gagnée par l’ennui, elle part pour Londres où elle devient jeune fille au pair avant de poursuivre l’expérience en Italie. Lorsqu’elle débarque à Florence en 1969, sa famille d’accueil lui fait faux bond.

La jeune femme trouve alors un emploi dans un restaurant, où elle fait la connaissance d’un certain Giorgio Pinchiorri, son mari aujourd’hui. L’homme est sommelier et un poil visionnaire, puisqu’il décide d’ouvrir un bar à vin. Annie Féolde est alors chargée de concocter de petits plats pour accompagner ses breuvages. Puis, sans avoir l’air d’y toucher, les petits plats deviennent grands. "Je n’avais jamais cuisiné, mais j’appréciais de faire plaisir aux clients. J’ai lu beaucoup de livres de cuisine italienne et bien sûr Toscane. Petit à petit, j’ai essayé de trouver des choses originales.

"C’est devenu une passion", raconte Annie Féolde dans les colonnes de Ouest France. En 1992, la Française devient la première chef triplement étoilée d’Italie et la quatrième au monde.

Pour fêter ça, Paul Bocuse l’invite dans son restaurant de Collonges-au-Mont-d’Or, entourée des plus grands noms de la gastronomie française. Reconnue par ses pairs en France mais méconnue du grand public, la chef de l’Enoteca Pinchiorri (Florence) a pourtant popularisé une recette mythique dans le monde entier : le fameux tiramisu. "Dans les années 70, des amis m’ont donné la recette, qui venait du nord-est de l’Italie", explique-t-elle avec simplicité.

Aujourd’hui, Annie Féolde est épaulée en cuisine par Riccardo Monco, ancien élève d’Alain Senderens au Lucas Carton (Paris).
_____

 

Restaurant Cuisinier