Agriculture

Pictos allerge nes

Allergènes

Par danieldorn | Le 12/06/2019 | Dans Santé

Allergies alimentaires : le rapport de l’Anses veut mieux informer pour mieux prévenir

Conseils aux professionnels 25 février 2019

L’Anses a émis une série de recommandations visant à assurer un meilleur suivi des allergies alimentaires, afin de mieux prévenir le risque de choc anaphylactique. 

Mieux connaitre les allergies alimentaires en France   

Dans son rapport "Allergies alimentaires" : état des lieux et propositions d'orientation, l’agence d’expertise de l’alimentation, de l’environnement et du travail, l’Anses, souligne que les données disponibles actuellement ne permettent pas de déterminer l’évolution de la prévalence des allergies alimentaires en France. Aujourd’hui, aucun dispositif n’existe en la matière.

Or depuis plusieurs années, on constate la transformation des habitudes alimentaires mais aussi l’apparition de nouveaux aliments sur le marché et de nouveaux procédés de transformation, autant de facteurs qui peuvent avoir un impact sur les allergies alimentaires.

Mieux identifier les allergènes émergents pour prévenir le risque d’anaphylaxies

Face à ce constat, l’Anses recommande aux pouvoirs publics d’améliorer les dispositifs de recueil de données relatives aux allergènes alimentaires, ainsi que l’évaluation de l’incidence ou de la prévalence des allergies, afin de mieux orienter les études et recherches sur les allergies alimentaires

Si certains aliments sont connus pour être à l’origine d’allergies, tel que le gluten, l’arachide ou le lait de vache. L’Anses, dans ce nouveau rapport, s’inquiète de l’apparition de nouvelles allergies. Les signalements reçus par le Réseau d'Allergo Vigilance® (RAV) ont en effet permis d'identifier ces allergènes émergentscomme le sarrasin, le lait des petits ruminants (chèvre et brebis), le kiwi, le pignon de pin, l’α-galactose (présent dans la viande de mammifère), les pois, les lentilles.

Ces allergènes présentent un risque d'anaphylaxies (une des réactions allergiques le plus graves) parfois plus élevé que certains allergènes de mention obligatoire. De ce fait, l'agence recommande la mise à jour régulière de la liste des allergènes alimentaires, qui doivent être signalés afin de mieux prévenir le risque d'allergie grave

Mieux informer les médecins et les consommateurs en cas d'allergies alimentaires pour un meilleur suivi

En l’absence de recommandations officielles relatives aux allergies alimentaires, l’Anses préconise la création d’un guide de bonnes pratiques, destiné aux médecins afin d’améliorer la prise en charge et le suivi des personnes allergiques, au-delà des centres spécialisés.

Il faut également rendre accessible aux consommateurs des informations sur les repas pris hors de chez eux (produits boutique, restauration,...). Des dispositions existent en Europe pour la restauration comme la réglementation INCO, il faut maintenant qu’elles soient réellement et uniformément mises en place.

Enfin, face au risque élevé des repas pris lors des déplacements à l’étranger, l’agence propose la rédaction d’un guide spécifique aux personnes allergiques souhaitant voyager à l’étranger ou à prendre l’avion, de façon à pouvoir informer et être informé en cas d’allergies alimentaires.

Eataly paris marais facade 2 c thibaut voisin 2019

Eataly : 2 mois déjà

Par danieldorn | Le 12/06/2019 | Dans Restauration

Eataly :  le temple de la gastronomie italienne à Paris

Présentation de la food court, historique de la marque, état du marché de la restauration italienne

Le 12 avril dernier la marque Italienne Eataly a débarqué en France avec l’ouverture, après 3 ans de travaux, d’une gigantesque food court de 4 000m² dans le Marais, à Paris. Installé dans un local appartenant aux Galeries Lafayette, ce nouveau point de vente du géant italien fondé à Turin en 2007 propose une expérience client inédite en France et vient concurrencer une offre existante déjà importante.

Eataly : la food court du Marais en chiffres

  • 4 000m² de surface de vente, répartis sur 3 étages
  • 2 500m² d’épicerie fine
  • Plus de 800 références de vins italiens
  • 7 espaces de restauration
  • Une cave à fromages climatisée
  • Des charcuteries, fromages, pizzas, glaces, accessoires, etc.
  • Des cours de cuisine
  • Une boutique en ligne
  • Objectif de 2 500 couverts par jour, 12 millions de clients par an, 30 à 45 millions d’euros de CA par an

Monsanto

Par danieldorn | Le 28/02/2019 | Dans A Lire

Monsanto : ce photographe est parti à la rencontre des victimes de la multinationale

Source L'ADN

https://www.ladn.eu/reflexion/vu-dans-la-revue/enquete-photo-mathieu-asselin-montre-les-victimes-de-monsato/

 

LE MARCHÉ DE RUNGIS FÊTE 50 ANS DE GIGANTISME

Par danieldorn | Le 28/02/2019 | Dans Restauration

Fruit de la réunification des anciennes Halles Centrales de Paris et des abattoirs de la Villette, le marché de Rungis fête aujourd'hui ses 50 ans. ...

par  - 28 février 2019

 

Manifeste pour un lundi vert imagepanoramique647 286

Un lundi vert, sans viande ni poisson, pour ou contre ?

Par danieldorn | Le 07/01/2019 | Dans Santé

500 personnalités, artistes (Isabelle Adjani, Juliette Binoche...), scientifiques ou défenseurs de l'environnement (Yann Arthus-Bertrand...) dans une tribune du Monde ont signé un appel au lundi vert. Traduction : ne  pas consommer de chair animale les lundis de 2019. Une campagne est lancée en ce sens. 

Cereales et legumineuses

CÉRÉALES ET LÉGUMINEUSES - 65 variétés, gestes et techniques, 110 recettes 

Par danieldorn | Le 07/01/2019 | Dans Santé

Régis Marcon, Philippe Barret, Nathalie Nannini

Cereales legumineuses marcon lg1

Et maintenant 2019 01 07

ET MAINTENANT, ON MANGE QUOI ?

Par danieldorn | Le 07/01/2019 | Dans Santé

ET MAINTENANT, ON MANGE QUOI ?
Un ancien industriel de l'agroalimentaire vous aide à faire les bons choix
Christophe Brusset - Avec la collaboration de : Éric Maitrot

Trois ans après le succès de son best-seller, Vous êtes fous d’avaler ça !
Christophe Brusset poursuit son combat contre les dérives du food-business. Avec le même sens de l’humour et des anecdotes toujours aussi étonnantes, il dénonce la généralisation de la malbouffe industrielle ainsi que les…

Vous etes fous 2019 01 07

À la Une : Contre le glyphosate, cet agriculteur prouve que les alternatives aux pesticides existent....

Par danieldorn | Le 27/10/2017 | Dans Restauration

AGRICULTURE BIO : FÉLIX NOBLIA SE PASSE DE GLYPHOSATE ET GAGNE MIEUX SA VIE

Par  Raphaëlle Dormieu - 25 octobre 2017

D'un côté, il y a les agriculteurs conventionnels qui trouvent un intérêt aux pesticides. De l'autre, il y a ceux qui montrent comment s'en passer.

Le glyphosate est au cœur des débats d’actualité. Alors que les États européens sont sur le point de voter pour un éventuel renouvellement de la licence d’utilisation de l’herbicide, des agriculteurs veulent nous prouver qu’il est possible de bien gagner sa vie tout en respectant la nature.

Les États membres de l’Union Européenne sont en train de voter sur la question de la ré autorisation de l’utilisation du glyphosate, que la France aimerait limiter à trois ans. L’herbicide le plus utilisé au monde est pourtant on ne peut plus controversé. Et pour cause : les conséquences néfastes sur l’environnement et sur notre santé sont aujourd’hui indiscutables. En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer, rattaché à l’Organisation Mondiale de la Santé, classait le glyphosate dans la catégorie «cancérogène probable» pour l’homme.

Alors que le glyphosate a déjà été interdit à Malte, au Sri Lanka, au Nicaragua, au Salvador, au Costa Rica, en Californie, etc., en cours d’interdiction en Inde et en Argentine… certains agriculteurs français font de la résistance et prouvent, par là même, qu’une autre agriculture est possible. C’est le cas de Félix Noblia, au micro de BFM TV , sur son exploitation, les produits chimiques sont bannis. Il explique :

« Au lieu d’utiliser des produits pesticides sur une terre nue, on fait pousser des plantes qui vont protéger le sol et qui vont empêcher les mauvaises herbes de pousser. »

Depuis ce changement vers une agriculture bio, les rendements de Félix Noblia augmentent chaque année, tout comme ses revenus : il est passé de 100 à 200 euros de marge nette par hectare avec les pesticides, à près de 1 500 euros pour la même surface cultivée.

Sortir du glyphosate est donc encore possible.

Espérons que les États membres prennent la plus sage des décisions, pour le bien de la planète.

Header

Pour une alimentation durable : développons une agriculture durable et solidaire.

Par commium | Le 09/03/2017

Alors que le monde agricole était à l’honneur la semaine dernière à l’occasion du Salon de l’agriculture, nous devons nous rappeler que l’agriculture est au cœur des enjeux de développement durable : disparition des savoir-faire locaux, des emplois, dégradation de notre santé et de notre environnement. La crise est profonde et le désespoir palpable.